• Ma Fée Line

     

    Il y a l’effet que me font les fées

    Et les faits sont là.

    Ma fée Line

    Est  au logis

    Comme la mythe au logis 

    Sans bruit elle fait.

    Ma fée raille

    De temps en temps

    Mais de sa bonne humeur

    Jamais ne se défait

    "Tout est fait Eric !".

    Ma fée n’est pas ma bonne

    Mais elle m’a à la bonne

    Et de  janvier à décembre

    C’est fou ce qu’elle fait

    Pour que je vive un conte de fées.

    Nous sommes faits

    L’un pour l’autre

    Sans que je marche à la baguette.

     

    Roland

     

    Blogmarks

    1 commentaire
  • A toi

     

    Il est des mots qu’on ne dit pas,

    Rien que pour le plaisir de l’attente,

    Du bonheur de les dire tout bas.

     

    Il est des mots que l’on n’écrit plus,

    Par peur qu’un jour ils  ne s’effacent

    Et ne reviennent jamais plus.

     

    Et pourtant il en est que j’écrirai

    Même avec mon sang, encore et toujours

    Il en est que je te dirai.

    Sans jamais qu’ils ne s’envolent un jour.

     

    Au-delà de notre amour sans frontière

    Par delà, nos pleurs et nos rires

    Ton nom sera toujours ma seule prière.

    Je t’aime à en mourir.

     

    Roland

     

     

    Blogmarks

    4 commentaires
  • Si je passais…

     

    Si je passais, peut-être demain

    Près de vos fleurs épanouies

    Je cueillerais dans vos jardins

    Les plus belles ancolies.

     

    Je ne serais qu’une ombre

    Glissant dans vos allées

    Et dans la pénombre

    Je volerais vos secrètes pensées.

     Près de vos fleurs épanouies

    Je méditerais obscur baladin

    Et dans le jour qui s’évanoui

    Je vous attendrais jusqu’au matin.

    Si je passais peut-être demain

    Sur le bord de votre chemin

    Auprès de vos  arbres en fleurs

    Je vous offrirais mes bonheurs.

     La porte ouverte vous me laisseriez

    Comme une invitation à ma quête

    Et sans hâte le cœur et l’âme en fête

    Je respirerais les senteurs oubliées.

    Vous me feriez alors  fuir mes incertitudes

    Pour un instant  et un futur  bien présents

    Ainsi je déposerais pour toujours ma solitude

    Balayée à jamais par vos doux serments.

     Si je passais, mais je viendrai, je le sais

    Vers vous le temps n’a plus d’importance

    Je souhaite cueillir encore sous les cyprès

    L’ombre de vos  soupirs,  sans impatience.

     

     Roland

     

     

     

    Blogmarks

    1 commentaire
  • Les poètes de la Toile

     

    Comme l’an  nouveau ouvrant ses portes

    Après une année riche en rires et bonheur

    Traçons  notre chemin haut les coeurs

    Auréolés des sourires que notre bonne humeur apporte.

     

    Sur la Toile nous dessinons des mots

    Et mettons des couleurs sur la grisaille

    Comme le peintre dévoile son  tableau

    Sur l’homme qui jette au loin les semailles.

     

    Notre  route poétique  se profile à l’horizon

    Vous mes amis, ceux d’hier et ceux à venir encore

    Ouvrez votre ronde, découvrons d’autres décors

    Dans vos cœurs la joie fleuri à chaque saison.

     

    A vous,  qui portez notre passion

    Déposez vos écrits. Votre prose précieuse

    Est le moulin de nos aspirations,

    L’essence même de notre tâche merveilleuse.

    Avec vous chers poètes, je cueille  dans nos vergers

    Les fruits  de nos passions  partagées

    Ensemble nous grandissons  telle une jeune pousse

    Et la sève qui en découle n’en est que plus douce.

    Offrir aux regards notre quête et nos envies,

    C’est notre fil d’Ariane, un lien indestructible.

    Nous aimons c’est certain jouer la comédie

    Comme au cinéma le firent les enfants terribles.

    Nous  écrivons sur les murs gris de la vie

    Notre poésie qui chante l’hymne à la joie

    Et sur  les planches d’un théâtre, notre comédie

    S’imprime dans le ciel bleu de nos émois.

    Il n’est point besoin de grands gestes

    L’expression de nos regards fait le reste

    Et quand se baisse le rideau sur le dernier acte

    Sur la scène, nos frissons s’exposent  avec  tact.

     L’écriture  est devenue notre motivation.

    Saltimbanques à nos heures,

    La poésie rempli nos saisons de bonheur

    Nous les troubadours d’une même communion.

    Nous partageons sur la toile nos missives,

    Nos sentiments et nos valeurs humaines

    Notre étendard d’une même force vive

    A tous les vents chante sa douce rengaine.

     

    Roland

     

    Blogmarks

    votre commentaire
  • "La pauvre « Vieille "

     

    Sans doute qu’hier on l’appelait « Madame »

    Tant sa beauté rayonnait et captivait.

    Les regards envieux se posaient

    Sur son corps lisse  de jeune femme.

     L’horloge a fait le  plein d’heures

    Et les jours alors sont devenus son trésor

    Dans sa chambre quelques fleurs

    Aux arômes discrets sont l’unique décor.

    Elle s’en va doucement la vieille dame

    Parfois semblant  encore à la vie s’accrocher

    Mais les souffrances ont raison de sa volonté

    Et le mal en elle s’installe, infâme.

    Déjà loin de nous parfois elle somnole

    J’ose une caresse sur son visage tourmenté

    Sur ses frêles épaules, la blanche étole

    Épouse ses cheveux argentés.

     Tellement fragile et tellement forte

    Parfois elle me désarme de son sourire

    Je le cueille tel le parfum qui transporte

    Comme un hymne à la vie qui ne saurait mourir.

     Elle s’en va silencieusement la vieille Dame

    Comme pour ne pas déranger

    Ses mains douces et blanches me réclament

    Sur le drap opalin, mes doigts semblent la protéger.

     Alors son regard bleu  s’illumine encore

    Faible lueur dans son crépuscule avancé

    La flamme qui brillait jadis se fane alors

    Ses paupières trop lourdes semblent danser.

     Je lui murmure dans un souffle  « A demain mamy »

    Car l’ombre de la nuit hélas m’appelle

    Et je  quitte à regrets la chambre sans bruit

    Tandis que la  pénombre me protège de son aile.

     Elle s’en est allée la pauvre « Vieille »

    Dans sa solitude au milieu de la nuit

    Au petit matin un rayon de soleil

    Illuminait son visage sans âme.

     Et la solitude s’est penchée à nouveau sur moi….

    Roland

     

    Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique