• La Pauvre Vieille

    "La pauvre « Vieille "

     

    Sans doute qu’hier on l’appelait « Madame »

    Tant sa beauté rayonnait et captivait.

    Les regards envieux se posaient

    Sur son corps lisse  de jeune femme.

     L’horloge a fait le  plein d’heures

    Et les jours alors sont devenus son trésor

    Dans sa chambre quelques fleurs

    Aux arômes discrets sont l’unique décor.

    Elle s’en va doucement la vieille dame

    Parfois semblant  encore à la vie s’accrocher

    Mais les souffrances ont raison de sa volonté

    Et le mal en elle s’installe, infâme.

    Déjà loin de nous parfois elle somnole

    J’ose une caresse sur son visage tourmenté

    Sur ses frêles épaules, la blanche étole

    Épouse ses cheveux argentés.

     Tellement fragile et tellement forte

    Parfois elle me désarme de son sourire

    Je le cueille tel le parfum qui transporte

    Comme un hymne à la vie qui ne saurait mourir.

     Elle s’en va silencieusement la vieille Dame

    Comme pour ne pas déranger

    Ses mains douces et blanches me réclament

    Sur le drap opalin, mes doigts semblent la protéger.

     Alors son regard bleu  s’illumine encore

    Faible lueur dans son crépuscule avancé

    La flamme qui brillait jadis se fane alors

    Ses paupières trop lourdes semblent danser.

     Je lui murmure dans un souffle  « A demain mamy »

    Car l’ombre de la nuit hélas m’appelle

    Et je  quitte à regrets la chambre sans bruit

    Tandis que la  pénombre me protège de son aile.

     Elle s’en est allée la pauvre « Vieille »

    Dans sa solitude au milieu de la nuit

    Au petit matin un rayon de soleil

    Illuminait son visage sans âme.

     Et la solitude s’est penchée à nouveau sur moi….

    Roland

     

    « La maison sur la collineLes poètes de la toile »
    Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :